Editora Publicações Maitreya   Início    Sobre Nós    Mapa do Site    Contactos    Ajuda
O Saber na Harmonia do Ser
  Sobre os Autores        Eventos        Entrevistas        Espaço de Imprensa        Clipping  
  Newsletter        Área de Clientes        Iniciar Sessão / Registo        Carrinho    0 artigos  
 
 
Entrevista

Entrevista a Ajahn Sumedho

Ajahn Sumedho nasceu em Seattle, nos Estados Unidos, em 1934. Cresceu Robert Jackman, no seio de uma família anglicana, mas apaixonou-se cedo pelo Oriente. (...)


início > alfarrábia > dieu est-il mathématicien?
Catálogo  Alfarrábia 
Sugerir a um amigo Sugerir a um amigo       Sugerir a um amigo Imprimir

Ampliar imagem


DIEU EST-IL MATHÉMATICIEN?
de Barbarin, Georges
Idioma: Francês
1ª edição (1942)
Formato: 14x22
N. Pág.: 159
Encadernação: Cartonada
Disponibilidade: em stock     Preço: 25,00 €   Adicionar ao carrinho Comprar
INTRODUCTION
En 1936, alors que je venais de faire éditer le Secret de la Grande Pyramide, ou Fin du Monde Adamique, je reçus, parmi de nombreuses leltres venues de tons les points de la terre, une comunication dont je ne sus d’abord que penser.
Mon correspondant, résidant dans un pays européen, avail voyagé dans diverses parties du monde et j’ai su depuis qu’il y avait animé, à la fois comme directeur et comme ingénieur, les entreprises les plus diverses avec droiture et autorité.
Ayant beaucoup agi, beaucoup vu et beaucoup appris, M. Z..., dont la profession initiale avait fait un mathématicien, consacra les loisirs de son studieux repos, lors de son retour en Enrope, à scruter les mythologies orientales et occidentales, de mêine que les grands textes sacrés. ll en retira la conviction que ces récits, souvent burlesques et incohérents, étaient non seulement (comme beaucoup l’ont reconnu), des livres à clé, mais encore de véritables domaines mathématiques ou, sons les pièges linguistiques Les plus subtils, se trouvait formulé le problème de Dieu, de l’homme et de la Création.
L’intérêt principal de cette découverte réside dans le fait que M. Z... était de formation rationaliste et que son athéisme déclaré ne le prédisposait guère à de semblables conclusions.
Son esprit positif’ se rebella d’abord violemment contre ce qu’il estimait être une coïncidence plaisante des lettres et des nombres, Mais la répétition de ces coïncidences, leur constance, leur «inteligence», en un mot, l’amenérent, en quelque sorte malgré lui, à reconnaitre l’action d’une haute Puissance invisible, par quoi le Monde et les Hommes sont «agis» à leur insu.
Plus l’évidence de cette constatation s’imposait, plus M. Z... s’évertua à s’y soustraire. II se replongea dons les mathématiques, espérant y trouver un rempart précis contre l’imagination.
Mais les calculs eux-mêmes se retournèrent contre sa propre intention et firent ouvertement le lit de l’hypothêse adverse, si bien que l’étude des sciences nurnériques lui parut devoir être reprise par les fondements.
C’est alors que M. Z... fut frappé par certaines anomalies de nos sciences dites « exactes ». Les mathématiques, partículièrement, lui semblêrent contenir de grandes fissures, des lacunes, de l’arbitraire, des hérésies, des contradictions.
Ainsi le plus rigoureux des moyens d’investigation de la raison humaine semblait atteint d’infirmités congénitales, qui faussaient l’ensemble de ses virtualités.
Mais, dans ce cas, et si la découverte de mon corres pondant se confirrnait, qu’advenait-il de l’édifice sur lequel toute la science moderne est construite? Faux le point de départ et les prémisses, faux aussi l’aboutissement et les conclusions!...
M. Z... s’opiniâtra dans ses recherches et, loupe critique en main, scruta les vices de l’arithmétique et de l’algèbre. Le produit de son enquête se révélu si hors des normes qu’il songea à le condenser dans un opuscule et à le livrer à l’impression.
Au dernier moment, il eut le sentiment que personne ne le suivrait, ce qui était décevant, et même que personne ne le comprendrait, ce qui est pire.
La brochure parut cependant à tirage limité sous le pseudonyme de Sisyphe (1), mais il n’en fut répandu qu’une cinquantaine d’exemplaires seulement. Ceux-ci allèrent se perdre dans la corbeille ou les cartons d’académies ou de sociétés scientifiques. Eurent-ils même les honneurs d’une lecture? Il est permis d’en douter. Mon travail sur Khéops (comme je l’ai indiqué plus haut), parut sur ces entre-. faites et M. Z... y trouva une confirmation de certames de ses découvertes, notamment en ce qui touche la Force Inteligente Invisible et l’Equiiibre Caché.
Il publia aussitôt une deuxiéme brochure, destinée à confronter les deux systêmes d’investigation, et qui bénéficia diz même sort que la première.

(1) Dans la mythologie grecque, Sisyphe est condamné, aux Enfers, à hisser sans arrêt une pierre énorme sur la montagne d’où elle retombe continuellement.

Je reçus à cette époque les deux opuscules accompagnés d’une lettre d’envoi, et la lecture de ces factums me laissa dans une véritable perplexité.
Durant un mois, je me demandai à qui j’avais affaire. Certames affirmations étaient si extravagantes et en opposition si flagrante avec les notions reçues que je me sentis dépassé dans mon anticonformisme naturel.
Et pourtant ii y avait dans telle et telle allégation un son de vérité intense. Aussi, pendant des semaines, j’oscillai entre te scepticisme et la curiosité.
Une correspondance réguliêre s’ensuivit. Et je reconnus, avec intérêt, que l’apparence décousue des premiers travaux qui m’avaient été sournis provenait de la nouveauté elle-même de la découverte et que M. Z... (le Sisyphe des deux brochures) était dominé par la force de son sujet.
Depuis, d’incessantes et amicales relations m’ont familiarisé avec le tempérament de mon correspondant de 1936, si différent, intérieurement et extérieurement, de son premier graphisme et dont les caractéristiques principales sont: maitrise de soi-même, logique ei probité.
Au cours de 1937, j’allai rendre visite à ce solitaire européen, qui vit au coeur d’un beau jardin, duns une admirable vallée, et consacre son existence aux travaux manuels et à la méditation.
J’eus avec lui de longues conversations, que suivirent des communications de plus en plus constructives.
C’est la partie permise de ces entretiens et échanges que j’entreprends de rendre publique aujourd’hui.





Não encontrou o que procura ? Contacte-nos !

As fotos podem não corresponder às publicações descritas.


Preços válidos para stock existente e salvo erro tipográfico.
Todos os preços indicados no site incluem IVA à taxa legal em vigor.


Consulte a Política de privacidade e os Termos de utilização.

© Copyright 2006-2018, Publicações Maitreya. Todos os direitos reservados.
Powered by e-volução.